Le CIUSSS revoit actuellement la façon dont les patients atteints de maladies pulmonaires obstructives chroniques (MPOC) reçoivent les soins de santé. Une volonté du comité de coordination clinique qui regroupe toutes les directions cliniques du CIUSSS.

Dans l’est de Montréal, près d’un résidant sur 5 fume la cigarette. Plus du tiers de la population est atteinte d’au moins une maladie chronique. Le tabagisme dérive souvent vers des maladies pulmonaires chroniques. On estime ainsi la prévalence des MPOC à 10% de la population dans le secteur de l’est de l’île de Montréal.
Comme les gens atteints de maladies MPOC sont de grands consommateurs de services de santé, il est essentiel de s’assurer que les services de santé
répondent adéquatement aux besoins de la population.

La volonté de revoir la trajectoire des patients s’aligne aussi avec le plan stratégique du ministère de la Santé et des services sociaux et d’un des objectifs prioritaires du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, soit d’améliorer l’accès à des services de proximité.

Analyse des besoins
En mars 2018, il y a eu définition du projet par des gestionnaires, avec l’appui du personnel clinique, dont des médecins. « On a analysé la trajectoire des patients par des sondages, des audits pour mieux comprendre la situation et cibler les enjeux », explique Alexandrine Lamontagne, conseillère cadre en amélioration continue à la Direction de la qualité, de l’évaluation, de la performance et de l’éthique (DQÉPÉ). La trajectoire est le chemin emprunté par les patients pour obtenir tous les services de santé dont ils ont besoin. Elle permet de regarder les services offerts au patient de façon horizontale, c’est-à-dire qui traverse les différentes directions pour s’assurer d’une continuité des soins de santé.

Le 30 octobre dernier, à l’atelier stratégique d’amélioration, la patiente partenaire Huguette Dubois a livré un témoignage de l’importance des soins de soutien à domicile pour elle. Atteinte de MPOC depuis quatre ans, elle se retrouvait souvent à l’urgence par manque d’accès à des soins personnalisés à ses besoins.

Un témoignage qui fait des petits
Grâce à ce témoignage et à l’analyse faite lors de la journée d’amélioration continue, le comité a pu projeter la trajectoire future des patients avec MPOC. Douze projets ont été identifiés et cinq ont été priorisés.

Pour améliorer la prise en charge en première ligne, on souhaite, par exemple, augmenter le pourcentage de MPOC identifiées en groupe de médecine familiale (GMF). On souhaite aussi former davantage de patients à l’auto-gestion de leur maladie et réaliser davantage de tests de mesure de la respiration (spirométries).

On souhaite aussi accompagner à cesser de fumer tous les patients fumeurs inscrits au programme de maladies chroniques et réduire les visites à l’urgence de cette clientèle en offrant un soutien de proximité.

La patiente partenaire Huguette Dubois témoigne ainsi de l’importance du soutien à domicile pour éviter de consulter à l’urgence et/ou d’être hospitalisée.

Qu'est-ce qu'un patient partenaire?

Les patients partenaires sont des patients qui partagent leurs expériences avec les directions afin d’améliorer les soins et les services de santé tout en respectant l’expertise des professionnels de la santé.

Vous avez une idée de sujet? Contactez-nous!