Notre série Dans la peau d’un autre souhaite vous présenter des employés qui ont dû chausser rapidement des souliers qu’ils ne connaissaient pas. En quelques jours, ces employés se sont retrouvés hors de leur zone de confort. Portraits de ces employés qui ont embarqué dans leurs nouvelles fonctions liées à la COVID-19.

Quel était votre poste, vos tâches avant la pandémie? ​ 

Mon poste est chef des services ambulatoires des troubles psychotiques à la Direction de la santé mentale, dépendance et itinérance. 

Quel est votre poste, vos tâches aujourd’hui? 

Aujourd’hui, j’agis comme chef d’unité au CHSLD François-Séguenot.  

Quels ont été les plus grands défis de ce changement? Les difficultés auxquelles vous avez pu être confrontées? 

L’univers est très différent d’une clinique externe ouverte du lundi au vendredi à un milieu de vie comme le CHSLD. Je dois concilier avec des horaires de jour-soir-nuit, 7 jours/7, des zones tièdes et chaudes; alors qu’en ambulatoire, nous sommes en zone froide. 

De quelle manière avez-vous pu mettre en pratique votre expertise dans votre nouvel environnement?  

Je pense que grâce à mon expérience de gestionnaire, j’ai pu mettre en pratique mon agilité organisationnelle à rencontrer rapidement les soignants, monter une équipe d’agents COVID-19, m’assurer de minimiser les impacts causés par les absences et les postes non comblés, accueillir les volontaires qui viennent travailler comme aides de service, etc. 

Avez-vous une belle expérience COVID-19 à raconter? ​ 

Ce qui me frappe, c’est que malgré la fatigue, les soignants continuent à offrir des disponibilités supplémentaires pour combler les absences. Aussi, l’engagement des intervenants qui sont réaffectés et qui n’hésitent pas à aller travailler en zone chaude. Je souligne aussi le travail de toutes les personnes qui ont été engagées par le biais de «Je contribue», avec des expériences de travail très différentes du réseau de la santé. Ils n’ont pas hésité à prêter main-forte en nous aidant dans toutes sortes de tâches. 

J’ai aussi été très touchée par la résilience du personnel régulier au CHSLD. Ils arrivent à donner toujours plus, à être toujours en action malgré des circonstances difficiles.

Françoise Bouchard est de retour à son poste à l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal après un peu plus d’un mois en tant que chef d’unité au CHSLD François-Séguenot.

Partager cet article