Depuis quelques jours, des étudiantes de deuxième année en inhalothérapie sont arrivées dans notre organisation. Elles prêteront main-forte à l’équipe pendant l’été. Je les ai rencontrées lors de leur journée d’accueil.

Dans un an, elles seront inhalothérapeutes. Pour l’été, elles travailleront sur les étages et à l’urgence de l’HMR. Dans les prochains jours, après quelques formations, elles seront accompagnées par Marie-Pier Lefrançois-Tanguay, chargée d’enseignement clinique en inhalothérapie, pour du travail terrain. Ensuite, elles pourront être autonomes et intervenir auprès de patients stables.

«Elles vérifieront le matériel en plus d’assister les inhalothérapeutes. Elles pourront aussi faire de l’enseignement aux patients pour la prise de pompes, par exemple», explique Marie-Pier.

Lors de ma visite, Luc Bardier, coordonnateur clinique en inhalothérapie, leur expliquait le fonctionnement des différentes machines avec lesquelles elles travailleront pendant leur été. En août, elles débuteront leur stage final qui complètera leur formation.

Pourquoi choisir l’inhalothérapie?

«Étant asthmatique, je suis souvent allée à l’hôpital pour des problèmes respiratoires quand j’étais jeune. J’ai côtoyé des inhalothérapeutes et leur travail m’a toujours intéressé.»

Rashma, externe en inhalothérapie

J’ai toujours été intéressée par le milieu de la santé. L’inhalothérapie est un domaine qu’on ne connaît pas beaucoup. J’ai découvert une approche parfaite pour moi, qui combinait la technique, la théorie et l’approche patient.

Reneka, externe en inhalothérapie

L’inhalothérapie est peu connue et ça m’a interpelé. J’ai fait beaucoup de recherches et j’ai aimé en apprendre davantage sur le système cardiorespiratoire. J’aime l’action et la santé.

Lilia, externe en inhalothérapie
Partager cet article