Le 5 mai souligne la Journée mondiale de la sage-femme. Dans l’Est, cette année, la fête est double puisque la Maison de naissance s’apprête à ouvrir son carnet de rendez-vous. J’en ai parlé avec Rocio Vargas, responsable du service sage-femme à la Maison de naissance.

D’ici la fin du mois de mai, les femmes enceintes dont la date d’accouchement sera en janvier pourront prendre rendez-vous pour un suivi de grossesse à la Maison de naissance. Les suivis débuteront à la fin juin.

La salle d’attente est prête à recevoir les familles.

C’est une grande étape pour ce projet tant attendu, autant par la communauté que par le personnel. Rocio et toute l’équipe mettent les détails finaux en place pour accueillir les premières familles. «On travaille à rassembler tout le matériel dans les chambres, dans les salles de consultation. On prépare les boites d’accouchement à domicile aussi. Il faut s’assurer que tout le matériel sera là, disponible et prêt à être utilisé d’ici un mois!», explique Rocio, qui était sage-femme à la Maison Bleue dans Saint-Michel jusqu’à tout récemment.

Rocio Vargas travaille aux derniers préparatifs avant la grande naissance.

Ouverture et collaboration

Rocia constate une grande ouverture des autres acteurs du CIUSSS à la venue de la Maison de naissance dans l’Est. L’Hôpital Maisonneuve-Rosemont est l’hôpital de référence en cas de complications pendant la grossesse ou l’accouchement. «On travaille à bien communiquer le rôle et la réalité de chacun. On a établi des protocoles de référence et on planifie aussi une simulation de transfert au début de l’automne», explique-t-elle.

Chaque chambre possède un grand bain, un grand lit, une toilette, une douche et tous les accessoires pour faciliter l’accouchement en mouvement.

D’ailleurs, la Maison de naissance se retrouve aussi sur le comité AMPRO, un programme qui est destiné à offrir les meilleurs soins aux mères et à leur nouveau-né. «Nous sommes des partenaires et complémentaires en obstétrique. On a tous à apprendre ensemble pour offrir les meilleurs services à la population», assure Rocio, ajoutant que tous les ingrédients sont présents pour assurer une belle collaboration.

Un projet-pilote pour les ASSS

Une autre collaboration entre l’hôpital et la Maison de naissance est ce projet-pilote pour partager des aides-natales. Ces auxiliaires en santé et services sociaux seront également formées comme aides-natales pour la Maison de naissance.

«C’est difficile pour les aides-natales d’avoir assez d’heures pour en faire une carrière. On a proposé un modèle où les aides-natales seront en priorité à la Maison de naissance pour assister lors d’accouchements, mais elles pourront aussi être à l’HMR et à domicile pour accompagner les nouvelles mères», précise Rocio. Elles auront ainsi des heures fixes de travail.

L’organisation procède en ce moment à l’embauche des sage-femmes, dans un contexte où il y a pénurie. «La formation est très contingentée et basée sur plus de 2600 heures de préceptorat en un pour un. Il n’y a pas assez de graduées par année pour répondre à la demande! Mais nous sommes toujours en recrutement», espère Rocio.

Le vivoir est un endroit où les familles peuvent se ravitailler pendant leur séjour.

Les derniers détails

Dans les prochaines semaines, le comité de citoyens à l’origine de la Maison de naissance, mobilisé depuis plusieurs années dans le quartier, ajoutera de la couleur sur les murs des chambres. Chaque chambre aura sa personnalité, au nom de parcs de l’Est de Montréal. La Fondation de la Pointe-de-l’Île a également financé une murale qui égayera la cage d’escalier principale.

Tout récemment, le comité des usagers de Pointe-de-l’Île a aussi apporté sa contribution. «Nos voisines de la Station S, résidence pour personnes âgées, ont tricoté des bonnets et des mitaines pour nos nouveaux-nés. C’est ce qu’on veut avec la Maison de naissance, une collaboration avec toute la communauté», affirme Rocio, visiblement touchée par le geste des tricoteuses.

Partager cet article