Avant de visiter les services informatiques avec Sylvain Bélair, je pensais que ce département était uniquement en charge de la fameuse ligne où on appelle tous un jour ou l’autre, un peu en panique, parce que l’ordinateur nous a lâché, le mot de passe ne fonctionne pas ou le logiciel qu’on utilise tant ne fonctionne plus…

J’ai toutefois réalisé qu’au-delà du 5656, l’équipe des services informatiques est essentielle dans nos installations. Les 105 employés de ce département doivent s’assurer que les 13 000 téléphones et les 9 700 ordinateurs branchés au réseau soient fonctionnels.

Comme les ordinateurs ont une durée de vie d’environ dix ans, ça signifie de changer 1 500 à 1 800 ordinateurs par année. Il faut ainsi les configurer, les brancher au réseau, s’assurer que toutes les applications nécessaires sont sur le poste de travail. Les postes de travail doivent aussi être mis à jour tous les mois pour assurer la sécurité des données qui s’y trouvent.

Ça, c’est la machinerie… En plus de 2 000 téléphones cellulaires, les 35 000 comptes réseau, les 3 000 télécopieurs et les 96 000 incidents et demandes annuelles au fameux 5656.

Un réseau physique

Si on parle juste du réseau de câble, on parle de 27 km de fibre optique qui ceinturent les installations et s’assurent de garder les machines connectées ensemble.

On a pu aussi évaluer de façon très sommaire qu’il faille environ 540 km de câble réseau par année. Ça représente la distance Montréal-Québec aller-retour en câble bleu. Chaque. Année.

J’ai aussi pu visiter la salle des serveurs. Cachée quelque part à l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal, cette salle climatisée et bruyante regroupe les serveurs de nos installations.

La salle des serveurs cachée quelque part dans l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal.

Essentiel aux activités cliniques

Le réseau informatique est essentiel aux soins donnés aux patients. Ordonnances, applications, données personnelles. Et les enjeux sont nombreux pour assurer la sécurité de ces informations. Il y a aussi tous ces appareils médicaux branchés au réseau qui relève du génie biomédical (GBM – une autre abréviation que je viens d’apprendre!).

Au total, c’est plus de 12 000 appareils médicaux qui ont besoin du réseau pour fournir les données nécessaires à soigner les patients.

J’y reviendrai d’ailleurs!

Des défis pour l’avenir

Le CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal est responsable de deux projets informatiques majeurs qui seront déployés à travers la province : l’endoscopie et le coût par activité. Le ministère a donné le mandat à l’équipe des services informatiques de notre CIUSSS pour développer des applications qui pourront être utilisées par les autres organisations en santé.

Un autre défi majeur attend l’équipe des services informatiques : le changement de système d’exploitation en 2020. C’est ainsi 9 700 postes de travail qu’il faudra reprogrammer et s’assurer que chacune des 1 100 applications cliniques et administratives soient fonctionnelles sur le nouveau système d’exploitation.

Si l’informatique fait partie de notre quotidien pour nous faciliter le travail, la visite de l’équipe des services informatiques m’a fait réalisé que toute une équipe, avec des connaissances et une expertise très pointues, est derrière cette technologie indispensable à notre travail.

L’histoire vous inspire? De quoi aimeriez-vous entendre parler? Contactez-nous!