Les études démographiques montrent que rester célibataire par choix est une tendance croissante dans le monde entier. La plupart des gens qui choisissent d’être célibataires plutôt que de poursuivre un partenariat romantique durable le font pour des raisons positives : elles sont passionnées par leur carrière, elles aiment leur indépendance, elles ne veulent pas être dans une relation simplement pour éviter d’être seules, et elles trouvent des façons de s’épanouir par elles-mêmes, avec leurs amis et leur famille et grâce à leurs passe-temps.

Cependant, ces personnes se heurtent parfois à des réactions négatives, à des jugements ou à du scepticisme. Même si les gens sont nombreux à rejeter ces anciennes normes sociales, il en reste beaucoup qui ne comprennent pas le choix de rester célibataire ou l’idée que les gens puissent être célibataires et épanouis. Voici quelques moyens de gérer les réactions des autres.

Faire face à des commentaires condescendants. C’est une croyance souvent bien ancrée que les personnes célibataires veulent nécessairement être dans une relation, et que si elles ne le sont pas, c’est une situation objectivement triste. Si vous choisissez activement la vie de célibataire, il peut être exaspérant d’être pris en pitié.

Les gens peuvent dire des choses comme : « Ne t’inquiète pas, la bonne personne viendra un jour. » Dans ces cas-là, dire poliment « Je ne suis pas inquiet, je suis parfaitement heureux comme je suis » ne fera peut-être rien pour changer les croyances de l’autre, mais au moins aurez-vous le sentiment d’avoir réagi d’une manière qui cadre avec vos valeurs et préserve votre dignité.

Entretenir des amitiés. Si un grand nombre de vos amis sont en couple, ils peuvent avoir tendance à organiser des activités sociales exclusivement pour les couples et à ne pas y inviter leurs amis célibataires. Cela peut être blessant et frustrant. Dans de nombreux cas, ces amis ne se rendent pas compte qu’ils vous font du mal, ou ils croient qu’ils vous rendent service, car ils présument que vous ne voulez pas fréquenter des couples.

Vous pouvez parler à vos amis en question et leur faire savoir que c’est décevant d’être laissé de côté et que passer du temps avec des couples ne vous pose aucun problème. D’un autre côté, trouver une communauté formée d’autres célibataires par choix pourrait vous convenir davantage.

Accepter les compliments. Certains de vos amis vous disent peut-être des choses comme « Comment se fait-il que tu sois encore célibataire? Tu es tellement génial! » Ce genre de commentaire suppose qu’être dans une relation est l’état des choses souhaitable, voire naturel, ce qui peut être irritant. Cependant, il est important de garder à l’esprit que la personne essaie de vous faire un compliment. Vous pourriez lui répondre en disant : « Je suis célibataire parce que je choisis de l’être, et non parce que personne ne veut sortir avec moi. Mais merci de dire que je suis génial. »

Maintenir des limites. Certaines personnes estiment que la situation conjugale est un sujet de conversation général et acceptable, tandis que d’autres pensent qu’il s’agit de quelque chose de privé qui doit être respecté. Si vous êtes parmi ces dernières et que vous rencontrez des membres du premier groupe, ils peuvent vous poser des questions comme « Mais ne veux-tu pas te marier? » ou « Tu ne te sens pas seul? ». Selon la personne et le contexte, vous pouvez décider de simplement répondre par la négative et de changer de sujet, ou de dire « C’est une question très personnelle ». Essayez de rester calme, même si la curiosité des gens franchit la limite de la discrétion.

N’oubliez pas que vous ouvrez la voie à d’autres. Certaines personnes peuvent trouver l’idée d’être « célibataire par choix » contraire à leurs convictions. Même s’il s’agit d’une tendance croissante, c’est encore une minorité de gens qui font ce choix. Votre indépendance et votre bonheur en tant que célibataire pourraient même mettre certaines personnes mal à l’aise, mais sachez que pour d’autres, votre choix peut être une source d’inspiration.


À lire aussi :

Partager cet article