C’est à la fin de la Deuxième guerre mondiale que la communauté polonaise s’établit en masse au Canada. Les familles arrivent ici, âgées, abîmées par la vie. C’est ainsi qu’est créé l’Institut Canadien-Polonais, en 1944. J’ai rencontré Ewa Michalkiewicz, membre du conseil d’administration du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal et présidente du comité des usagés du CHSLD Polonais Marie-Curie-Sklodowska.

À son arrivée au Canada, la communauté s’installe à Knowlton, en Estrie. On y achète une ferme et transforme deux maisons en foyer d’accueil pour les personnes âgées, les veuves et les orphelins. L’Institut est alors financé par les contributions de ses membres, les dons et les souscriptions volontaires. Après quelques années, la ferme n’est plus assez grande pour répondre aux besoins et trop loin de Montréal pour garder contact avec la communauté active. Une modification à la Loi des compagnies du Québec recentre l’activité de l’Institut à l’hébergement et l’entretien des personnes âgées.


À Montréal

En 1965, une coalition des organisations polonaises ouvre ainsi une maison pour les personnes âgées, rue Bélanger à Montréal, grâce à des dons privés et des levées de fonds. Avec une capacité de 92 lits, la nouvelle résidence est nommée en hommage à la célèbre physicienne polonaise et gagnante de deux prix Nobel, Marie-Curie Sklodowska. L’inauguration officielle a eu lieu le 5 février 1966.

D’ailleurs, lors de ma visite, Mme Michalkiewicz me mentionne qu’une feuille d’arbre de la cour où Marie Curie-Sklodowska a vécu se trouve encadrée dans le local. C’est lors de la demande à la famille que cette feuille a été cueillie à sa résidence à Paris.


Les résidents

Ses 92 lits sont rapidement comblés. En 1978, 203 personnes âgées, citoyens canadiens, ont été accepté à l’Institut depuis sa création : 100 d’origine polonaise, 55 d’origine française, 33 d’origine ukrainienne et 15 d’autres origines (tchèque, slovaque, hongroise, anglaise, lithuanienne, juive et finlandaise).

En 1984, afin de répondre à la demande croissante de soins de longue durée, une aile a été ajoutée, ce qui augmente sa capacité à 126 lits.

Aujourd’hui, c’est 99.9% de la clientèle du CHSLD Polonais qui est d’origine slave, dont 60% d’origine polonaise. La communauté polonaise, d’environ 60 000 personnes à Montréal, est encore bien présente au CHSLD, notamment par son personnel qui parle polonais ou slave dans les corridors et aussi par les efforts de garder la culture polonaise vivante dans les activités, la musique et la nourriture.

Si vous allez à la cafétéria du CHSLD, vous pourrez déguster des pierogies, de la soupe à la choucroute et cornichons, des betteraves, des saucisses, de la choucroute. Ewa Michalkiewicz raconte aussi que le dimanche, une soupe au poulet maison bien spéciale est servie. Un secret bien gardé…

L’histoire vous inspire? De quoi aimeriez-vous entendre parler? Contactez-nous!

Partager cet article