Vous avez probablement entendu cette phrase des millions de fois : « N’hésite pas à demander de l’aide ». Que faire si vous ignorez le type d’aide dont vous avez besoin? Ou si vous ne savez pas exactement quoi dire ou comment?

Vous n’êtes pas seul. Il faut du courage pour demander de l’aide, mais aussi de la pratique; prenez-en l’habitude et vous en constaterez les effets bénéfiques sur votre productivité au travail et votre santé émotionnelle.

Certains sont mal à l’aise de demander de l’aide au travail ou peu enclins à le faire. Cette hésitation est principalement attribuable à la peur du rejet. Sans compter qu’il faut une bonne estime de soi et de l’assurance pour avouer avoir besoin de soutien, penser qu’on le mérite et être convaincu que les autres nous aideront si on le leur demande.

Rejet

Selon le psychologue Guy Winch, le rejet fait très mal parce qu’il provoque l’activation d’une certaine région de notre cerveau comme le fait une blessure physique. On pense que chez nos ancêtres les chasseurs-cueilleurs, une personne mourait si elle était bannie du clan, et que notre cerveau serait donc « programmé » pour réagir ainsi. Cette peur terrible du rejet expliquerait pourquoi demander de l’aide est aussi difficile.

De plus, certaines personnes portent parfois sur elles-mêmes un jugement sévère et considèrent que solliciter de l’aide est une marque de faiblesse ou qu’elles ne devraient pas avoir à le demander. Elles ne sont peut-être même pas conscientes de ce discours intérieur ou du fait qu’elles s’empêchent ainsi d’obtenir du soutien au travail. Il arrive aussi qu’en raison de problèmes dépressifs ou anxieux, les gens soient angoissés ou doutent que leurs besoins puissent être satisfaits.

À l’idée de demander de l’aide, vous pourriez éprouver un des sentiments suivants :

  • Gêne – être mal à l’aise de solliciter de l’aide
  • Frustration – être irrité d’avoir besoin de soutien
  • Tristesse – avoir l’impression d’être incapable de demander de l’aide
  • Honte – vous sentir nul
  • Culpabilité – vous imaginer que vous ne faites pas les choses correctement
  • Anxiété – craindre de faire appel aux autres
  • Détachement – vous abstenir carrément de demander de l’aide

Se priver de soutien peut avoir les effets négatifs suivants :

  • Sentiment d’accablement découlant de la charge de travail ou des responsabilités
  • Épuisement dû au fait de ne pas déléguer de tâches
  • Piètre estime de soi, car vous vous persuadez que vous devez faire les choses par vous-même
  • Isolement et manque de liens avec les collègues
  • Sentiment de frustration, envers vous-même et les autres
  • Souffrance intérieure et émotions conflictuelles
  • Manque de confiance entre vous et vos collègues

Demander de l’aide a des effets bénéfiques :

  • Permet d’établir des liens avec les autres
  • Renforce la résilience
  • Augmente la productivité
  • Encourage les autres à demander de l’aide eux aussi
  • Inspire la gratitude
  • Clarifie la communication
  • Démontre de la maturité

Conseils pour demander de l’aide

Soyez sincère. Déterminez en toute sincérité le type de soutien dont vous avez besoin. Si vous hésitez à obtenir de l’aide, qu’il s’agisse de poser une question à propos d’un projet ou de demander une hausse de salaire, prenez-en conscience. Ensuite, parlez franchement à la personne à qui vous vous adressez; la franchise est une qualité.

Faites preuve d’humilité. Il y a une différence entre humilité et humiliation. Être humble, c’est croire qu’on n’est ni meilleur ni pire que les autres; en être conscient peut vous aider à faire face aux tâches exigeantes, sachant que tout le monde traverse des moments difficiles – par seulement vous.

Communiquez. Expliquez de manière claire et précise la nature de l’aide dont vous avez besoin et continuez à exprimer ce que vous ressentez. Présumer que vos collègues savent ce dont vous avez besoin ou envie peut donner lieu à des malentendus et à des erreurs.

Soyez sûr de vous et faites confiance aux autres. Ne craignez pas d’exprimer vos besoins et soyez assuré que quelqu’un sera en mesure de vous aider et de vous soutenir. Sachez que vous méritez ce soutien.

Exercez-vous. Se sentir à l’aise de faire appel à son gestionnaire et à ses collègues pour obtenir de l’aide exige du temps et des efforts. Vous pourriez commencer progressivement, en sollicitant de l’aide une fois par jour, par exemple pour qu’on vous enseigne une nouvelle habileté, ou en posant une question pendant une réunion lorsque l’occasion se présente. Si vous avez l’impression que votre charge de travail devient trop lourde ou qu’un temps d’arrêt s’impose, apprenez à communiquer vos besoins. Vous pourriez amorcer la conversation en disant ceci : « Bonjour, Bob. J’aurais vraiment besoin de ton aide; quand tu auras une minute aujourd’hui, pourrais-tu me faire signe? »

Soyez patient. Prévoyez des délais. Comme vous, votre gestionnaire et vos collègues sont occupés, et il est possible qu’ils ne puissent pas donner suite à votre demande sur-le-champ, alors laissez-leur le temps et l’espace nécessaires pour vous répondre.

Acceptez les refus. Ce n’est pas tout le monde qui pourra vous fournir de l’aide quand vous en avez besoin; cela ne doit pas vous désespérer ni vous dissuader de solliciter du soutien. C’est normal de vivre du rejet, et vous renforcerez ainsi votre résilience.

Personne n’est parfait. Vous êtes humain et vous devez accepter que parfois, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de dire les choses. Faites de votre mieux et admettez que vous êtes vulnérable; c’est un trait qui nous unit en tant qu’humains.

Autres modes de communication

Courriel. Si vous n’êtes pas à l’aise d’avoir une conversation en personne, écrivez un courriel à votre gestionnaire pour lui expliquer vos besoins et lui dire que vous êtes disposé à en parler par téléphone, s’il y a lieu. Les courriels sont un moyen efficace de communiquer, pour vous comme pour la personne à qui vous demandez de l’aide. Qui plus est, vous pourrez ainsi vous exprimer clairement en prenant le temps nécessaire pour réfléchir à ce que vous voulez dire et répondre.

Vidéoconférence. Durant la pandémie, les gens se sont familiarisés avec ce mode de communication et ils sont maintenant habitués à interagir ainsi.

Téléphone. Si vous voulez communiquer une information importante à votre gestionnaire – concernant un deuil, une maladie ou un problème personnel, par exemple – il peut être plus simple de lui téléphoner.

Gardez à l’esprit qu’apprendre à demander de l’aide à vos collègues et à votre gestionnaire requiert de la pratique et du temps, mais que les effets sont bénéfiques à la fois pour vous et l’équipe toute entière, puisque ce faisant, vous montrez la voie en encourageant les échanges ouverts et sincères.

Source : Lifeworks

Retrouvez d’autres trucs concernant les saines habitudes de vie sur Lifeworks, votre plateforme de bien-être! Visitez l’intranet ou l’extranet pour les informations de connexion à votre compte.


Ça ne va pas? On a 2 ressources d’aide pour toi

intranet ou Extranet : COVID-19 > Santé et mieux-être > Ressources d’aide

  1. Équipe Premiers soins psychologiques | Intervention individuelle ou de groupe liée au stress / détresse / trauma au travail – 514 618-1426
  2. PAEF-Programme d’aide aux employés et à la famille | 1 800 361-2433

À lire aussi :

Partager cet article