La rentrée scolaire est un moment de fébrilité (et avouons-le un peu chaotique) pour bien des parents. Pour les infirmières scolaires, la préparation à la rentrée scolaire est indispensable pour passer à travers les trois prochains mois!

Son rôle est important car elle fait le suivi avec les parents pour connaître l’état de santé de leur enfant et planifier un plan d’intervention d’urgence pour la prochaine année, lorsque nécessaire.

Kathy Vaillancourt est infirmière scolaire dans le secteur Rivière-des-Prairies pour les écoles primaires et secondaires.

La fiche santé : un document essentiel

Vous savez cette fiche qu’on doit remplir chaque rentrée scolaire pour parler de la santé de nos enfants? Ce document est important pour l’infirmière scolaire qui évalue l’information afin d’assurer la sécurité des enfants lorsqu’ils sont à l’école et d’outiller l’équipe-école en leur donnant les formations nécessaires à la prise en charge des enfants. «On donne de la formation aux enseignants et au personnel du service de garde, en cas de choc anaphylactique par exemple.»

Ce document permet aussi de donner un portrait de la santé des élèves des écoles du secteur, des données importantes pour les directions d’école, la commission scolaire et aussi pour le CIUSSS qui peut déployer des ressources selon les besoins.

La vaccination et les maladies infectieuses

Dans les écoles primaires et secondaires, il y a aussi un volet vaccination. Ces campagnes, qui touchent les élèves de 4e année et de secondaire 3, doivent être planifiées avec les directions d’école pour toute la logistique qu’englobe cette importante opération.

Tout le long de l’année, l’infirmière scolaire est aussi en contact avec les directions d’école pour préparer des protocoles selon les épidémies présentes dans les écoles, selon les recommandations de la santé publique. Des communications doivent être envoyées aux parents pour éviter des éclosions importantes dans les écoles telles que les poux, les punaises de lit, la varicelle… Avouez que vous redoutez cette fameuse lettre disant qu’il y a des poux dans la classe de votre enfant!

Primaire vs secondaire

Si les infirmières scolaires sont présentes dans toutes les écoles de l’Est de Montréal, le travail est assez différent entre le primaire et le secondaire. Le mandat au primaire est davantage tourné vers l’accompagnement des enfants ayant un problème de santé qu’il soit ponctuel ou chronique. Elle collabore et fait office de consultante auprès de l’équipe-école ainsi qu’avec différents partenaires. Dans plusieurs situations, elle agit aussi comme gestionnaire de cas, enseignante et agente de liaison auprès de ressources professionnelles et communautaires.

Au secondaire, le mandat est très différent. Kathy passe quatre jours par semaine dans une école secondaire. Son rôle englobe celui fait par l’infirmière du primaire mais comprend aussi un volet clinique jeunesse (dépistage, éducation, contraception, avortement, santé mentale, etc. ). « Nous faisons aussi l’évaluation sur le risque suicidaire dans le cadre d’une intervention avec le jeune. »

Une réelle relation de confiance est bâtie tout au long de l’année avec les jeunes du secondaire. « C’est très important de créer des liens avec les jeunes, mais aussi avec l’équipe-école », explique l’infirmière clinicienne.

Un travail valorisant

Kathy Vaillancourt aime son travail parce qu’elle a l’impression de réellement aider les jeunes dans leur parcours de vie. « On peut les faire réfléchir sur de nouveaux comportements à adopter. On vulgarise l’information et on voit que les comportements changent », constate-t-elle.

D’ailleurs, pour Kathy, ça n’a pas toujours été facile de se détacher de la vie des jeunes qu’elle fréquente. «  Avec le temps, j’ai appris à mettre mes limites comme intervenant. Il faut être préparé à ça. »

Les infirmières scolaires sont la porte d’entrée dans les services des CLSC dans les écoles. Elles sont essentielles pour diriger les jeunes et leurs parents vers les bonnes ressources rapidement.  « Je me sens privilégiée d’être présente auprès de mes jeunes dans chaque école. Grâce à ces présences, je suis très interpellée autant par les jeunes, le personnel et les familles. »

Vous fréquentez une personne d’exception dans le cadre de votre travail? Contactez-nous!