Peintre à l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal depuis près de trois ans, Martine Parent était auparavant assistante dentaire. Minutieuse et heureuse dans son travail au sein d’une équipe masculine, Martine m’a parlé de son travail…

À quoi ressemble ton quotidien?

Le matin, on se rejoint, tous les collègues ensemble. Nous sommes une équipe de cinq peintres et un plâtrier. On se prépare, on rassemble le matériel pour la journée. Habituellement, on sait ce qu’on a à faire pour la journée. Sinon, le chef d’équipe nous fait une demande Intéral. Le logiciel fait partie de notre quotidien, il définit nos requêtes de travail.

On ne peut pas peinturer n’importe où, n’importe quand. Il y a évidemment des enjeux de budget, mais aussi d’occupants. On ne peut pas peinturer une chambre s’il y a un patient dedans. Tout comme on ne peut pas aller sur une unité d’un CHSLD s’il y a isolement pour cause d’infections. Présentement, on travaille au CHSLD Jeanne-Le Ber deux fois par semaine. On planifie d’avance avec les patients quand on peut aller peinturer leur chambre.

Qu’est-ce que tu aimes dans ton travail?

J’aime beaucoup le travail d’équipe. C’est différent du milieu de la construction là où j’ai commencé comme peintre. Ici, on peut tisser plus de liens, pas juste avec nos collègues, mais aussi avec le personnel de bureau qu’on voit souvent, avec les infirmières et même avec les patients! Il y a une belle appréciation de notre travail, c’est plus humain.

J’ai choisi de travailler au CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal parce que…

J’ai deux filles de 9 et 4 ans. À l’arrivée de la deuxième, le milieu de la construction devenait plus difficile pour concilier le travail et la famille. Les horaires de travail étaient difficiles. Travailler au CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal me permet d’avoir une vie de famille, d’être présente pour mes enfants, de prendre le temps de bien faire mon travail.

Ce qui me caractérise…

J’aime beaucoup travailler en équipe, valoriser le travail des autres. Je suis une bonne vivante et j’aime faire rire. J’aime travailler avec une équipe de gars. Ce n’est pas le même tempérament. J’ai connu un milieu de femmes parce que j’étais assistante dentaire avant d’être peintre. Je me retrouve encore dans le milieu de la santé. Ce qui caractérise les deux emplois qui semblent vraiment à l’opposé, c’est le travail manuel. J’aime bouger dans mon travail.

Ce que mes collègues de travail disent de moi…

Ils diraient que je suis compréhensive et tolérante. J’agis aussi un peu comme leur maman, j’en suis consciente. Je leur fais penser à certaines choses.

Ma plus grande fierté professionnelle

Ce dont je suis le plus fière, c’est quand je vais peindre un endroit et que les gens sont satisfaits. Quand quelqu’un me reconnaît à la cafétéria par exemple pour me dire qu’il aime le travail que j’ai fait. Ça me rend fière de mon travail, j’ai le sentiment du travail bien accompli.